Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

15/05/2013

Égypte - Brèves

image détournée 1.jpeg

Image détournée par Crab

image détournée 2.jpg

 Image détournée par Crab

 

Lu dans la presse : Des arguments d'un autre âge

Les Frères musulmans déclarent que ce projet de déclaration de l’ONU va à la fois à l’encontre de la charia et, en s’attaquant à la famille, de la Constitution égyptienne.

Empêcher la violence conjugale, autoriser les épouses à travailler ou voyager sans accord du mari, à avoir la même autorité que le père sur les enfants, à hériter autant que les hommes, permettre aux femmes non mariées d’avoir des relations sexuelles, accorder  des droits aux homosexuels ou aux enfants nés hors mariage? Non à l’invasion culturelle…

Les Frères musulmans ont-ils décidé d’endosser sans remords l’habit d’islamiste épouvantail oppresseur des femmes qu’il est si facile de leur mettre sur le dos? Apparemment oui..

Est-ce que politiquement, les Frères musulmans, se sentant en perte de vitesse par rapport aux salafistes, ont cherché à se faire mieux voir de la frange conservatrice de la population, tablant sur le fait qu’ils ont d’ores et déjà perdu tous les quelques progressistes qu’ils pouvaient à la rigueur avoir séduire lors des dernières élections?

 

Arguments fallacieux : Citation :

« Pourquoi alors qu’Aïcha, la femme du prophète Mohammed, était mufti, cette fonction nous est-elle interdite aujourd’hui? », se demandent beaucoup de musulmanes. « Parce que l’égalité hommes/femmes est inscrite dans le Coran, mais que quatorze siècles de lecture exclusivement masculine nous ont volé nos droits! », répondent les féministes islamiques *.

Depuis vingt ans, des universitaires et des militantes ont entrepris un acte de bravoure: pratiquer l’interprétation ( ijtihad en arabe) des textes musulmans originels - prérogative que se sont auto-attribué les hommes. Objectif: se débarrasser de toute la jurisprudence (fiqh) patriarcale, accumulée au fil des générations. Fin de citation d'un extrait d'article publié le 11/05/2013 dans Slate.fr

Le fait que Aïcha ait été mufti, ne peut faire oublier que le coran sacralise l'inégalité entre les femmes et les hommes, et c'est archi-faux de prétendre le contraire ;

ce texte '' parle '' des femmes à la troisième personne (aucune sourate n s'adresse directement à la femme) ;

qu'en conséquence cela ne change rien, le coran est un manifeste politique ( et non une religion ) rédigé sur mesure pour les hommes : c'est un texte, misogyne, sexiste et ce ne sont pas des islamistes pseudo féministes qui le feront oublier, car chacun sait que les paroles souvent s'envolent mais que les écrits presque toujours restent !

Vérifiable à partir de ce lien de redirection :

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/41-les-diktats-musulmans/

Crab - 15 Mai 2013

 

Notes

* : Parler de '' Féminisme islamique '' est un non sens ;

le féminisme est universel et ne connait pas d'autres traductions à rappeler régulièrement :

Féminisme universel, définition : Liberté ( y compris sexuelle ou du droit de disposer de son corps ), autonomie et indépendance financière de l'homme

 

 

 

11:35 Publié dans Islam | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.