Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/04/2015

Académique forfaiture

philosophie, politique, religion, idéologie, chrétienté, islam, monothéismes, Ésope, La Fontaine, Démocrite, Épicure, Platon, Pirrhon, Leucippe, Lucrèce, Euripide, Aristophane, Lysistrata

Sur Socrate et Platon, réponse à J......., suivant ses observations :

« Vos remarques » me rappelle « les meilleures pratiques de désinformations staliniennes, chrétiennes ou islamiques », similaires, conformes à celle de nombreux participants monothéistes, en tout point conforme pour en toute circonstance ne pas tenir compte de mes arguments au détriment de l'échange d'idées pourtant plus que souhaitable dans une période où une bonne partie de l'élite médiatisée se refuse à nommer les réalités de notre société
En matière d'honnêteté intellectuelle, vous êtes vraiment mal placé - vous ne donnez qu'une opinion qui porte un jugement erroné sur l'ensemble de mes textes [
sans manifestement les consulter ou entièrement les lires]

Votre mensonge essentiel, à la base de votre propos concerne mes essais, j'ai dû posé en sujet [ contrairement à ce que vous laissez entendre ] plus d'une vingtaine de philosophes [ que justement j'ai pris la peine, souvent fastidieuse de lire ], dont je critique bien évidemment ceux d'entre eux dont « le travail philosophique » n'a pas d'autre objet que de matérialiser la volonté de domination [ conforter l'assujettissement des croyants dans la soumission à un être supérieur ( en outre personnel ) ou à une hiérarchie artificielle ] - et ils sont nombreux ces philosophes du ciel - vérifiables par tout un chacun sur l'une des pages que je leur consacre sur mon blog et titrée '' 71 Le mensonge monothéiste suite '' :

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/71-le-mensoge-monotheiste-suite/


Extrait de '' 71 Le mensonge monothéiste suite ''
[.../...]
Pour clore ce petit chapitre du Testament -
il participe à la déchristianisation nécessaire de notre société, quelques repères pour retrouver le fil d’une pensée occultée, celui d’une histoire de la philosophie plus objective
Descartes contre Locke
Leibniz contre Gassendi
Kant contre Helvétius
Hegel contre d’Holbach
E
ntre-autres et j'y reviens souvent sur bien d'autres pages....
…./...
À présent, êtes-vous toujours aussi si sûr de vous pour prétendre que je ne m'intéresse pas à la pensée de ceux des philosophes dont vous vous faites le défendeur quand je procède à la critique athée et féministe de leurs idéaux ?

En effet, ne vous en déplaise, il y a deux traditions philosophique et pour en parler je connais assez d'enseignantes dans le secondaire pour affirmer qu'une des deux histoires de la philosophie est absente de la programmation...et c'est là mon propos et la raison principale de mes interventions - dans cette situation... où est le choix... ?, quand d'autre part une chaîne publique chaque dimanche matin réserve une matinée aux religions sans que ne soit prévu sur une autre chaîne une matinée réservée aux philosophies de l'athéisme...oui, vraiment, où est le choix... ?

Maintenant, sur
la base de vos observations, en dernier lieu, Platon est le sujet majeur qui manifestement vous préoccupe, donc j'y reviens...Platon s’est voulu l’héritier de Socrate, hors Socrate est mis à mort par la cité athénienne, parce qu’il dérangeait ses citoyens, et surtout parmi les '' philosophes '' plus particulièrement il exaspérait les sophistes
Ces derniers, qui soutenaient que toutes les opinions se valent, ( à notre époque quelques « spécialistes bisounours » très médiatisés diraient que toutes les religions se valent et qu'il faut respecter tous les « textes sacrés » ), contre eux Socrate avait inventé le questionnement critique - soit ce que communément l'on définit par le questionnement philosophique, une forme le plus souvent athée destinée à montrer à ses interlocuteurs que ce qu’ils croient savoir, ils ne le savent pas, qu'ils n’ont que des opinions, c'est à dire un savoir non fondé, ou perclus de préjugés

Que dire de la critique de l'opinion chez Platon et Socrate, sinon contrairement à ce d'aucun imagine ou affecte de ne pas voir, dans notre société, la pratique de la censure et surtout de l'autocensure est insidieuse, car elle touche à l'essentiel, dans notre pays - et il n'est pas nécessaire qu'un gouvernement s'en charge – elle a son existence propre dans les faits, mais aussi dans la pratique des institutions, par exemple ne sont pas retenus dans l'édition française des '' Œuvres philosophiques '' la totalité des œuvres complète de Nietzsche, notamment les textes sur Platon, les éditeurs marquent l'interdiction que Nietzsche fût entièrement donné à lire

Pour Nietzsche, Platon est un activiste politique dont il dit, décrit « son travail philosophique » de telle manière que l'on pourrait le qualifier de " sophiste-ries platoniciennes "

C'est pratiquement une histoire répétitas à l'instar de Freud niant [ durant toute sa carrière ] qu'il devait presque tout à Nietzsche - Platon sans Socrate sans lequel il n'aurait été qu'un petit politicard [ l'homophobe Christine Boutin, par exemple,est un sous-produit du platonicisme ] passera son existence à platonniser Socrate...j'aurais pu tout aussi bien écrire '' a sodomiser Socrate ''

D'ailleurs Platon s'oubliant en tant que pourceaux d'Épicure se targuait : « Je ferai taire les médisants en continuant de bien vivre» - il n'a pas eu '' la chance '' comme Christine de se montrer si '' bon vivant '' que cela en renonçant à quelques émoluments...

Dans son banquet Platon ne peut imaginer '' l'amour '' que dans la fusion de deux être hétérosexuels et montre par là ses limites quoiqu'il clame quand il dit « La justice de l'intelligence est la sagesse. Le sage n'est pas celui qui sait beaucoup de choses, mais celui qui voit leur juste mesure » - mais en bon sophiste ennemi de l'athéisme il n'est pas à une contradiction près

Tout s'explique encore mieux quand il dit « La réalité est à la fois multiple et une, et dans sa division elle est toujours rassemblée » - fort le mec, fallait y '' penser ''...

Cependant '' sa morale '' [ pour ce chantre de '' l'utile '' ] est morale d'hétéro et donc ce que révèle la nature [ « diverse » ] n'est qu'immoralité...l'on comprend mieux l'adoration - l'idolâtrie que lui voue les chrétiens et à notre époque les contre le '' mariage pour tous '' qui ne peuvent concevoir qu'une société hétérosexualisée

Ce n'est pas sans ironie que Nietzsche* concluait « Socrate et Platon ont bien raison, quoi que l'homme fasse, il fait toujours le bien, c'est à dire ce qui lui semble bon ( utile ) suivant son degré d'intelligence, son niveau actuel de raison »

Cela ne signifie pas que toutes les opinions ( ou religions ) sont in-critiquables par respect convenu...

Je douterais, en effet que cela soit aussi simple [ même dans le cas de mesures répressives ] car s'il y avait comme réalité cette invention scolastique religieuse '' du libre arbitre '' les humains, depuis longtemps déjà, ne suivraient ou ne s'intéresseraient plus du tout à la nature

* : " La critique de l'opinion chez Platon et Socrate ", vous l'aurez compris, c'est du Socrate platonisé dont parle Nietzsche

 

Ici, sur le même sujet, en rapport avec à un autre message qui m'est destiné,je me dois de préciser pour éviter toute confusion :

Quand je dis [ plus haut sur cette page ] '' ce que Freud doit à Nietzsche '' je fais allusion dans les théories de Freud à ce qui relève du plausible et du positif, et non aux parties de certains de ses travaux théoriques dont il veut faire de l'universel quand en réalité ils ne concernent que ses propres fantasmes masculins, ni plus ni moins la conséquence, en ces temps là, d'une '' ( sa ) culture '' qui a fait de lui le pur produit d'une société singulièrement phallocrate – inévitablement ses travaux s'en ressentent...

Pas le moins du monde chagriné de vous décevoir, à ce moment il me paraît utile de vous rappeler qu'un incroyant n'a pas de gourou

 

L'imposture

Platon projetait de brûler toutes les œuvres de Démocrite, devant l’ampleur de la tâche, il y renoncera finalement en considérant que le philosophe abdéritain avait beaucoup écrit...[ sans doute que mettre en pratique son intention ne lui aurait pas laissé assez de temps pour « bien vivre »...]

Dans toute son histoire, le christianisme gardera d’ailleurs ce goût prononcé pour les autodafés. Ainsi, les philosophes platoniciens ou les théologiens dont '' les travaux '' s'appliquent à matérialiser la volonté de domination** ( ** : soumission à un dieu et à ses ministres ) font toujours et toujours commencer l’histoire de la philosophie avec Socrate, datent notre ère avec J.C, prennent soin, pour endoctriner plus facilement les plus jeunes qui leur tombent de gré ou de force sous la main, de ne pas enseigner Épicure, Démocrite, Lucrèce...

Le pré-socratique Démocrite est contemporain de Socrate et survit même à ce dernier, sa qualité de vrai philosophe, elle est indéniable. Seulement, il initie un courant matérialiste qui ne peut qu’attirer les foudres des spiritualistes et autres idéalistes platoniciens, aristotéliciens de la chrétienté et environ treize siècles plus tard ce sera le tour des avicennéens* ( * : fondamentalistes ou intégristes musulmans )

Ce qui nous vaut une double imposture, en effet il est un trait commun aux auteurs monothéistes s'inscrivant dans la lignée de Platon, d'Aristote, du radicalisme d'un Avicenne, etc. ect. ), « oublieux » de leurs propres pratiques d'écrits apocryphes ou d'arrangements ( au point que certains petits nouveaux affirment avoir trouvé des lumières dans l'islam ), de compilages falsifiés, de destructions de textes ou encore de réécritures plus ou moins adaptées de mythes plus anciens et de dire non sans culot des penseurs athées et féministes qui se chargent de mettre en exergue ces falsifications qu'ils ne sont pas en mesure de comprendre '' le message philosophique ''

 

Refaire l'histoire, pratiquer le déni de l'histoire, nier les réalités au profit de leurs fantasmes érigés en vérités in fine confine l'essentiel des modes d'expressions des auteurs monothéistes

Voyez-vous, et vous en êtes, ce qui, en outre caractérise les idéologues du monothéisme, c'est, comble de la malhonnêteté intellectuelle, de procéder par omission en s'évitant avec constance d'évoquer les philosophes alternatifs aux platoniciens - - - Crab 20 Avril 2015

 

Suites :DÉMOCRITE - PIRRHON - PLATON et ...

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/democrite-pirrhon-et-platon/

°

Vox populi, vox Dei

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/05/vox-populi-vox-dei.html

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.