Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

18/10/2016

L’athéisme en France : 63 % de « non-religieux »

athéisme, démocratie, France, fraternité, laïcité, L’athéisme_en_France , religions

16 Octobre 2016

Les conservateurs, la nouvelle droite et les racialistes mettent de plus en plus au sein du débat politique les questions religieuses. Le débat politique s’est transformé en un débat cultuel continu.

Les religions et les cultes sont devenus un sujet de société primordial, dont les contours s’inspirent essentiellement de différents fantasmes. En effet, il ne se passe pas une heure, pas un jour, pas une semaine sans que les religions soient mises en avant sur fond de polémiques stériles.

Dans un pays laïc, dont la majorité de la population est athée, cela soulève des questions profond sur l’état de la panique au sein de la classe dominante. En effet, si l’athéisme est largement majoritaire, la voix de ces personnes est entièrement effacée des différents débats, comme si les athées n’existaient pas.

Dans un pays où le taux d’athéisme et le taux de personnes se déclarant « non-religieux » représentent près de 63 % de la population, les questions religieuses ne concernent en réalité une minorité de personnes, soit 37 %. La France est un des pays où le taux d’athéisme est le plus élevé du monde (le quatrième).

Or, de nos jours les questions religieuses des 37 % restant prennent une dimension considérable au point de corrompre profondément le débat public. L’athéisme n’est pas une religion, mais en l’absence de croyances religieuses, ils ont un lien avec le concept des religions. En effet, le référentiel de leur opposition est la religion. De ce fait, les athées ont la nécessité de peser sur ce dernier.

Il faut rappeler que le fait de ne pas croire en une religion ne pousse pas forcément à la discrimination des personnes qui y croient. Cette affirmation est reprise dans de différents cultes, mais certaines personnes se considérant athée déversent toutes leurs haines oubliant que si Dieu n’existe pas, les religions ne sont que des créations de l’Être Humain pour dominer l’Être Humain. À quoi bon détester quelque chose qui n’existe pas ? Réfléchir sur le lien entre oppressés et oppresseurs pourraient faire grandir la qualité des débats de revenir sur les mêmes sujets. Si les religions n’existent pas, ce sont les Êtres Humains qui propagent des discours religieux, c’est donc à eux qu’il convient de s’opposer.

Au sein de l’extrême-gauche, la devise « Ni Dieu, Ni Maître » est extraite du journal de Louis-Auguste Blanqui, repris par la mouvance anarchiste, tant bien même que le blanquisme s’oppose à l’anarchisme. On pourrait croire que l’athéisme est un courant libertaire, sauf qu’il traverse de nombreux courants, mais est de plus en plus important en fonction de si l’on se situe à droite qu’à gauche.

Les religions pourrissent la vie politique du pays, mais aussi lasse de nombreuses personnes qui n’ont aucun intérêt à gagner. Pourtant, plus le temps avance, plus l’athéisme gagne du terrain. Si l’état n’est pas en mesure de le comprendre, il s’agit du rôle des travailleurs de reprendre le flambeau de la liberté, et de son émancipation. - Publié dans " Révolution et Liberté "

I

La citoyenneté est le principe de la justice et de la légitimité politique

Hors le refus de la citoyenneté est caractérisé par les origines politico-religieuses in-fraternelles qui minent notre société et porte atteinte, au quotidien, à la dignité de la personne ;

en ce sens, j’ajouterais, à l’article publié dans " Révolution et liberté " ( dont je partage une partie des analyses proposées, notamment : le refus de la classe politique à reconnaître l’importance de l’athéisme et des sans-religion ), que les gauches, lâchement, par électoralisme, en refusant de nommer la réalité de l’islamisation politique et la radicalisation rampante observée dans de nombreux quartiers de nos villes ont fait autant et gravement preuve d’irresponsabilité au même titre que les droites ou les centres qui au pouvoir ce sont contentées de voter des demi-lois au lieu d’interdire le port de tous les voiles islamiques sur l’ensemble de nos territoires car ces prétendus signes ostensibles religieux n’ont en réalité aucun rapport avec la religion, mais sont les symboles de l’inégalité entre femmes, de l’inégalité entre femmes et hommes un affichage généré par le refus islamiste de la citoyenneté ;

les voiles islamiques, au final, sont l’expression de l’in-fraternité au nom d’un communautarisme moyenâgeux au service de toutes les formes de sectarismes importé des mondes dominés par une majorité de musulmans ennemis de la liberté et plus largement ennemis des libertés individuelles ;

et si la situation contemporaine dans notre pays révèle au grand jour ce qu’elle a d’intolérable, c’est bien parce que nos gouvernants apprentis sorciers issus des droites et des gauches n’ont pas voulu auparavant regarder qui l’on devait accueillirCrab – 18 Octobre 2016

I

Suites : déroulé d’articles

http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=Ath%C3%A9isme

I

Suites 2 : Athéisme 2016

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2016/09/20/atheisme-2016-5850168.html

I

Suites 3 : La femme voilée d'aujourd'hui sera la Marianne de demain

http://democrite-epicure.hautetfort.com/archive/2016/10/14/la-femme-voilee-d-aujourd-hui-sera-la-marianne-de-demain-5860475.html


Les commentaires sont fermés.