Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/11/2013

Approches viciées

athéisme, censure, coran, culture, esclavage, france, féministes, islam, islamophobie, laïcité, europe, maghreb, philosophie, sciences

 

La parole politique décrédibilisée ?

Dans '' Écran de fumée '' *1 je rappelais l'exigence de faire une pause pour ramener l'immigration proche de zéro entrée sur notre territoire ( sauf pour les étudiants étrangers )

Les tentatives de mouvements, associations sectaires ou communautaristes formatés pour agiter un passé colonial de la France, de l'instrumentaliser à tout crin dans le but de délégitimer le refus argumenté d'une religion de l'irresponsabilité et hégémonique* ( * islam ) et qui en outre entend judiciairiser les comportements de tout un chacun

S'ajoutent les tentatives répétées de dévaloriser les valeurs universelles au profit du différencialisme* ( * essentiellement islamique ) entraînant une régression globalement inacceptable de la qualité des relations femmes-hommes

Sans compter pour ajouter de la confusion à la confusion, dans un passé récent, le traitement par les politiques de la traite des esclaves et de l'esclavage par la loi au lieu et place des travaux d'historiens ou de chercheurs *2

 

Ils se sentent pousser des ailes

Pour quelques groupuscules, qui adhèrent aux propos et actes [ très ] racistes commis à l'encontre de madame Taubira c'est tout bénéfice, sont ravis d'entendre et voir '' nos bien-pensants '' saisir l'occasion de faire passer un grand nombre de Français ou de françaises ( quand ce n'est pas sous-entendu tous les français-es blancs ) pour des racistes - une publicité inespérée ( ou espérée ), '' moins seuls '', ils se sentent pousser des ailes

 

L'opportunité pour les chantres du différencialisme de donner de la voix, de mettre en avant une trilogie dont ils sont coutumiers destinée à fondre le racisme en un unique concept *3 regroupant : - immigration - islamophobie* ( dé-construction réfléchie et argumenté d'une religion ) - xénophobie -

 

La faillite du '' modèle Europe ''

Masquée par le refus de repenser, de mettre fin à l'actuelle faillite du '' modèle Europe '' qui ne produit qu'un chômage massif* ( * sans précédent chez les jeunes ), accroît la précarité, en accusant la majorité de notre population contestataire de l'actuel '' modèle Européen '' de xénophobie ou de populisme pour lui opposer pour toutes fins '' plus d'Europe '' ( sous-entendu politique )

L'installation illégale dans le domaine privé ou public de populations encouragée par une définition de la liberté de circulation ou de regroupement familial mal pensée qui ne fait qu'ajouter de la précarité à la précarité sinon de la pauvreté à la pauvreté dans notre pays

 

Com délétère

En matière politique et sociétale, je pense plus particulièrement à des personnalités, Mendès France, Élisabeth Badinter, Simone Veil, Robert Badinter ou penseurs tel Michel Onfray dont la rhétorique, selon l'époque ou l'actualité, vise à persuader les françaises et les français sur les sujets les plus divers

Une rhétorique remplacée progressivement dans la plupart des débats médiatisés ou dans la plupart des journaux, quand ce n'est pas à mettre à l'actif de certaines associations* qui ne savent plus quoi faire pour exister ( * pour continuer de bénéficier de niches fiscales ) par l'invention ou l'utilisation d'un concepts nouveaux* ( * islamophobie ) autorisant toutes approches viciées de substitution à un art de persuader

Cette com est à mettre en parallèle, avec les pratiques notées à la lecture de certains '' éditos '', pour tenter d'en décrédibiliser la parole, souvent perverties par une approche polémique sur la vie privée de personnalités politiques sans que cela puisse être mis en rapport, par exemple, avec une utilisation illicite des deniers publics qui dans ce dernier cas, démontrée, serait à considérer comme une information

 

Recentrage

Les tentatives permanentes d'intox oblige continuellement de remettre les pendules à l'heure en évoquant des vérités toujours bonnes à dire :

*2 vidéo, Malek Chebel et Onfray :

http://crab.painter.free.fr/videos/0%20Onfray_%20et%20Malek%20Chebel%20_%20l%20esclavage.flv

 

*1 Écran de fumée :

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2013/11/08/ecran-de-fumee-5216434.html

 

*3 Les raisons de ce texte :

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/malek-chebel-et-onfray/

Crab 12 Novembre 2013

 

 

 

26/09/2013

Comité d’éthique sans religieux

athéisme, athéophobie, burqa, Certificat_de_coutume, fanatisme_musulman, homophobie, Laïcité, mariage_gay, mariages forcés, Science, voiles

Les trois formes possibles de l'Univers.

 Le modèle le plus probable

 est l'Univers plat

 

 

L'État des lamentations

Les pleurnicheries d'un états qui aurait dû être démantelé, dissout depuis longtemps, où quelques notables du Vatican se plaignent de François Hollande et son Comité d’éthique sans religieux

 

Lu dans la presse en ligne :

Les grands débats de société qui s’annoncent en France dans les prochains mois sur la PMA (procréation médicalement assistée) ou la fin de vie, se feront au sein du Comité consultatif national d’éthique sans l’avis de religieux. Pour la première fois depuis sa création en 1983, les principales familles philosophiques et spirituelles présentes en son sein ne seront plus représentées par des ministres du culte.

Parmi la vingtaine de noms publiés le 22 septembre au Journal Officiel, le président de la République, François Hollande, a en effet choisi de nommer une historienne spécialiste de la réforme protestante Marianne Carbonnier-Burkard, en remplacement du pasteur Louis Schweitzer, dont le mandat de quatre ans arrivait à échéance et Lionel Naccache, neurologue, au poste du rabbin Michael Azoulay. Avec le départ du pasteur et du rabbin, les principales religions ne sont donc désormais représentées que par des laïcs.

 

Aucun religieux au sein du CCNE
Selon le quotidien Le Monde, qui est le premier à avoir révélé cette nouvelle composition, l’Elysée souhaite « revenir aux principes de création du conseil de 1983 et faire appel à des laïcs pour représenter les courants religieux ». Mais pour Xavier Lacroix, professeur de théologie morale et doyen de la faculté de théologie de Lyon, c’est un faux problème. « On peut appartenir à une religion sans être prêtre, pasteur ou imam. Je suis catholique, je suis laïc, avant moi il y avait trois religieux mais le premier représentant catholique était un laïc. Ce n’est donc pas nouveau. »

Outre cet aspect, les nouvelles nominations suscitent bien des commentaires en France. Certains critiquent ouvertement le choix de personnalités trop marquées politiquement, en l’occurrence à gauche. Le cas de Jean-Pierre Mignard, avocat et ami du chef de l’Etat, provoque quelques remous. D’aucun voit dans le choix de personnes dites progressistes une volonté du gouvernement et de la présidence une volonté de mettre de son côté le Comité avant la discussion de sujets très sensibles comme la PMA, d’autant que cette institution peu utilisée par Nicolas Sarkozy entre 2007 et 2012, est davantage sollicitée par François Hollande.

Là encore, Xavier Lacroix nuance : « On verra s’il y a un changement de couleurs. Jusqu’à maintenant les compromis étaient assez honorables. Chacun parle en son nom propre, au nom d’arguments de raison. On avance assez peu d’arguments politiques. Mais c’est vrai qu’il y a une certaine couleur politique. » Selon le théologien catholique, il faudra donc attendre de voir les avis qui seront rendus dans les prochains mois pour évaluer l’impact de ces nominations.

L' Elysée n'a pas consulté les instances religieuses
Le pasteur Louis, professeur d’éthique et de spiritualité à la Faculté théologique évangélique de Vaux-sur-Seine et dont le mandat n’a pas été renouvelé, le vrai problème est ailleurs. « La vraie question est de savoir si les représentants des grandes familles religieuses doivent être nommés par les instances religieuses concernées ou bien, si, comme le souhaite le gouvernement, doivent-ils l’être directement par le président de la République ou le gouvernement sans demander aux instances religieuses leur avis ».

La manière dont a procédé l’Elysée dans ce dossier va donc à l’encontre d’un usage qui voulait que « le président nomme ces personnes en demandant aux instances religieuses de suggérer des noms » explique Louis Schweitzer. Fait aggravant selon lui : « se passant de ces intermédiaires, on va nommer des gens forcément « proches » du pouvoir politique. Donc on met sur la touche le catholicisme, le protestantisme, le judaïsme et l’islam pour des questions de société et d’éthique pour lesquelles les religions ont leur mot à dire ».

La perspective prochaine de grands débats sur la PMA ou la procréation pour autrui a certainement incité le gouvernement à la prudence en se passant de cet avis des instances protestante et juive. L’opposition qu’il a rencontré pendant la discussion du projet de mariage pour tous de la part d’une partie de la population et des religions, et l’avis très mesuré du CCNE concernant la fin de vie, ont sans aucun doute échaudé un pouvoir qui entend entre autre s’appuyer sur les conclusions du CCNE pour faire passer ses projets controversés. Selon radio Vatican

 

Séparation des religions et des consciences

La laïcité c'est la séparation de l’Église et de l’État, dans notre pays elle n'est pas respectée, en cause : le financement du Concordat et en partie des écoles confessionnelle avec les deniers du contribuable, un détournement de l'argent public, qui s'opère dans le plus grand mépris de la conscience des incroyants, des agnostiques ou de croyants ( déistes ) sans confession

C'est en cela que l'athéisme exige d'être respecté et s'emploie à obtenir la séparation des religions et des consciences

 

Dans une société démocratique, il faut tout faire pour obtenir la séparation des religions et des consciences

Les religieux prétendent tout savoir, alors qu'ils ne savent rien ;

c'est à mettre en rapport avec ce qui est l'honneur des scientifiques qui eux adorent ne pas savoir et le font savoir

Non seulement les incroyants ne sont pas représentés, mais par dessus le marché nous avons affaire à des gens persuadés de détenir la vérité : laïcs représentants les religions ou religieux nommés par les religions

Comment, dans cette condition, pourrait-ils, ces religieux siéger dans ce comité ou prime la recherche de l'Éthique ?                 Crab - 26 Septembre 2013

 

 

Suites :

http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=L%27UNIVERSEL

 

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2013/07/20/matieres-et-energies-5125495.html

 

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2013/02/11/voir-l-humain-autrement.html

 

 

 

23/09/2013

Femmes et burqa

certificat_de_coutume,fanatisme_musulman, homophobie, Laïcité, mariage_gay, mariages forcés, science,athéisme,laïcité,athéophobie

Avant propos

[ Dans une société où les hypocrites ( quand il ne s'agit pas de lâcheté ) ont l'opportunité de sévir, souvent présents sur les chaînes de la télévision publique, quand, dans le même temps, les démocrates sont plus rarement en situation de pouvoir défendre les libertés personnelles contre l'assujettissement des consciences inhérent aux codes sociaux du communautarisme

Depuis plus de dix ans, je ne compte plus le nombre de fois où j'ai dénoncé que chaque fois qu'une émission est organisée, à propos de la laïcité, sont invités des représentants ou des '' spécialistes des religions '', sans jamais qu'en contrepartie, pour animer ou nourrir équitablement le débat, les '' grands médias '' traditionnels intègrent, ce qui ne serait que justice, la participation de personnalités incroyantes dont les modes de pensées sont concernés plus particulièrement par l'incontournable association de la laïcité avec l'égalité femme-homme contre tous les arrangements racistes qui font de la femme un être inférieur à l'homme  ?

Ici, sur cette page, il me paraît approprié de reproduire dans son intégralité un entretient avec madame Elisabeth Badinter, une entrevue organisée par et avec la participation de madame Christine Salvadé

Toujours égale à elle-même, madame Elisabeth Badinter, dans cet interviewe, exprime toute l'attention qu'elle porte à toute personne éprise de liberté ou à la défense de la liberté - Crab ]

 

Par Christine Salvadé. ( Daté du 22.09.2013 )

Le Tessin vote ce dimanche sur l’interdiction de dissimuler son visage dans l’espace public. En Angleterre, plusieurs politiciens réclament une loi pour encadrer le port du voile. La philosophe française a fait de la laïcité l’un des combats de sa vie

Quand on s’invite chez la philosophe Elisabeth Badinter pour parler du port de la burqa, elle répond: « Je vous attends de pied ferme. » Depuis la première polémique en France sur le voile à l’école en 1989, la défenseuse de l’égalité et de la laïcité n’a jamais baissé pavillon. Il y a quatre ans, elle signait dans la presse une petite chronique incendiaire à l’adresse des femmes qui portent volontairement la burqa: « Sommes-nous à ce point méprisables et impurs à vos yeux pour que vous nous refusiez tout contact…? » Un texte qui fait encore le buzz aujourd’hui en France où malgré les lois, rien n’est réglé.

 

Pourquoi ne supportez-vous pas la vue d’une femme en burqa?

Parce qu’elle peut me voir et moi pas. Je ne sais pas à qui j’ai à faire. Elle, elle peut me détailler des pieds à la tête. C’est une situation insupportable. Après tout, ça pourrait être un homme que je n’en saurais rien. Cela ne relève pas de la philosophie mais de la civilité. La civilité, c’est la réciprocité. Porter la burqa est un écart insupportable à un minimum de civilité. Voilà tout.

 

Pourquoi est-ce si important de montrer son visage?

Lisez Levinas. Montrer son visage, c’est montrer sa personnalité, ses sentiments. On peut sourire, être sombre, fermé ou au contraire avenant. Grâce au visage s’établit un lien entre les gens. Le cacher, c’est une rupture du triptyque républicain: non seulement la liberté et l’égalité sont bafouées, mais la fraternité est impossible.

 

Vous insistez sur le fait que le vêtement crée une inégalité entre les hommes et les femmes. C’est pour cela que ça énerve tant la féministe que vous êtes?

C’est la raison qui m’a fait monter au créneau quand on a vu les premières burqas en Afghanistan, en effet. La femme est immédiatement désignée comme la source du péché de l’homme: cache ton visage pour ne pas me provoquer! C’est totalement inégal. Cela me fait penser à l’interdiction de la prostitution: les femmes deviennent responsables du péché des hommes. Il n’y a plus du tout d’équilibre entre les sexes. C’est la rupture absolue du chemin vers l’égalité auquel, nous, dans notre culture, nous tendons.

Vous dites en même temps qu’elles se cachent et qu’elles s’exhibent en arborant un attribut religieux. C’est paradoxal…

C’est le paradoxe de la supériorité: elles vous voient, s’exhibent, mais ne sont pas vues. Si vous n’avez jamais fait l’expérience de mettre une burqa, vous ne pouvez pas savoir à quel point c’est épouvantable.

 

Et vous, vous avez essayé?

Oui, une fois. La burqa est en vente partout dans le XIXe arrondissement à Paris. Je ne l’ai pas achetée, c’est une amie qui me l’a fait essayer. Je peux vous dire que c’est très inconfortable.

 

Comment se sent-on dans la peau d’une femme voilée?

C’est difficile à dire parce que ma situation était artificielle. Si elle est portée volontairement, la burqa donne à la femme un sentiment de jouissance et de toute-puissance : regardez-moi, je l’ai mise, et ça m’est bien égal ce que vous pensez!

 

Et toutes celles qui la portent parce qu’elles y sont contraintes?

Ce n’est évidemment pas la même chose. Elles la supportent tant bien que mal. Porter le voile intégral, ce n’est pas un signe isolé. C’est lié à d’autres obligations. Les femmes ont lutté en Occident pendant plus d’un siècle pour obtenir certains droits, et puis arrivent ces femmes qui disent que ces combats sont nuls et non avenus. Ce n’est vraiment pas compatible.

 

Faut-il pour autant interdire tout ce qui vous dérange?

Il y a beaucoup de choses qui me dérangent sans que je demande leur interdiction. J’ai vu un jour rue de Varenne un monsieur traverser en caleçon. Ça me dérange, mais ça n’est pas à interdire. On voit des gens qui sont habillés de manière stupéfiante aujourd’hui dans les rues, mais ça ne regarde qu’eux. Il y a deux choses que l’on interdit: la nudité et l’absolue invisibilité du visage. Parce que cela contrevient à nos règles.

 

Vous préférez que les femmes musulmanes se cachent à la maison et reproduisent ce que vous dénoncez dans vos ouvrages sur l’égalité: elles au foyer et les hommes aux affaires de la cité?

Eh bien oui qu’elles restent à la maison! Elles sont déjà enfermées dans leur vêtement. Au moins, elles ne seront pas obligées de mettre la burqa chez elle. C’est leur affaire, pas la mienne.

 

Vaut-il vraiment la peine de débattre et de légiférer pour quelque 2000 femmes en burqa en France et peut-être 100 à 150 en Suisse, en majorité des touristes des pays arabes? Ne vaudrait-il pas mieux jouer l’indifférence?

Cela ne me semble pas la bonne réponse. Nous assistons à une augmentation massive de ces comportements. On voit bien qu’il y a une volonté d’aller toujours un peu plus loin. Prenez le halal, un autre réquisit. Des enfants ne mangent rien du tout à la cantine parce qu’ils ont peur de manger non halal. Pour peu que vous ayez aussi une communauté juive orthodoxe au même endroit, il faudra du casher. Comment faire? L’indifférence me poussera à me plier aux exigences des uns et des autres: ce n’est pas seulement une défaite des principes, c’est ne plus maîtriser où l’on va. On m’a raconté que dans une crèche parisienne, une dame des cuisines a demandé récemment: il y a combien de cochons cette semaine? Voilà comment on appelle les enfants qui mangent du porc: des cochons! Faire mine qu’on ne voit rien, c’est la porte ouverte à un peu plus de prosélytisme.

 

Êtes-vous tout aussi sévère envers l’intégrisme juif, vous qui êtes de confession juive?

Oui. Comme disait mon papa qui était très croyant: on met sa kippa quand on prie Dieu, à la synagogue ou chez soi. Pas à l’épicerie. J’ai les yeux ouverts sur tous.

 

Si vous êtes aussi virulente dans ce combat contre la burqa, est-ce parce qu’il est au carrefour de deux de vos convictions: l’égalité entre hommes et femmes et la laïcité?

Parfaitement. Je double ma virulence.

Lequel de ces deux combats vous tient-il le plus à cœur?

Question difficile. La laïcité, je crois. Enfin: je trouve que le combat pour les femmes a bien avancé en trente ans. Il y a encore à faire, mais j’ai confiance. On va vers le mieux. Tandis qu’avec la laïcité, on va vers le pire. Je crois que les deux sont liés. Il faut une société laïque pour que les femmes puissent conquérir toutes leurs libertés et l’égalité avec les hommes. C’est peut-être parce que ce combat pour la laïcité me semble, je ne vais pas vous dire perdu, mais en grand danger que je suis si en colère sur cette affaire. Et tout ça, en plus, et ça me déchire, avec la participation active de la gauche, voire de l’extrême gauche.

 

Auriez-vous la même attitude dans un pays comme la Suisse où la laïcité fédérale n’existe pas?

Je suis incapable de vous répondre. L’expérience de la guerre pèse beaucoup sur ma position. Mes parents étaient reconnaissants que, grâce à la laïcité française, ils ne soient pas définis par leur identité religieuse. Nous savons ce que ça coûte d’être définis d’abord par son appartenance confessionnelle.

 

Vous auriez voté pour interdire la construction de nouveaux minarets comme en Suisse?

Non. Ça, je n’ai pas apprécié. On ne parle là que d’édifices. C’était une blessure inutile.

 

La France a des lois pour garantir la laïcité. Notamment contre le port de la burqa dans l’espace public. Et pourtant, elles ne sont pas respectées. Quand la police veut amender une femme en burqa, cela provoque une émeute. Faire des lois, ça ne sert plus à rien?

Ce n’est pas seulement sur les questions religieuses que les lois ne sont plus respectées. Nous vivons dans une société anarchique. Mais il ne faut pas abandonner les lois, c’est l’affirmation d’un principe.

 

Que voulez-vous dire par «société anarchique»?

Nous assistons à un bouleversement de la notion de liberté. La philosophie des Lumières a défini la liberté de façon révolutionnaire: j’obéis aux lois que je me suis données et la minorité s’y soumet. Aujourd’hui, la liberté signifie: je fais ce que je veux. C’est-à-dire que j’obéis à mes envies, à mes désirs, mais pas nécessairement à la raison ni à la loi. Parallèlement s’est développé le multiculturalisme. Chacun fait ce qu’il veut, et dans le multiculturalisme, cela se traduit par: chaque communauté fait ce qu’elle veut. Je suis en profonde opposition avec tout cela. Je pense que si l’on a voté en France le mariage des homosexuels, ce n’est pas au nom de leur différence, mais de leur ressemblance avec les autres. Nous appartenons tous au même genre humain. Donnons la priorité à ce qui nous unit plutôt qu’à ce qui nous distingue.

 

Comment sortir de ce que vous appelez le «désert philosophique»?

J’avoue que je suis un peu désemparée. Cela me peine beaucoup de constater que ma génération a été incapable de théoriser les bouleversements actuels dus à la mondialisation. Personne n’a vu venir les conséquences incroyables d’Internet – bouleversements des relations, de la sexualité, de l’intimité, etc. On a été pris de court. Qu’a-t-on fait faux? Nous avons, les uns et les autres, accouché de très peu de choses qui disparaîtront avec le temps. On peut estimer que le marxisme et le léninisme ont des effets pervers. Mais quelqu’un a pensé le monde de demain: c’était Marx. Le Marx d’aujourd’hui existe peut-être, mais on ne le connaît pas encore.

 

Vous êtes fatiguée de vos combats?

Je me sens dans l’ambiguïté. J’arrive à la conclusion que l’on ne convainc que les gens qui partagent déjà votre opinion. Les autres ne veulent pas vous entendre, ils ne veulent que vous combattre. Mais par ailleurs, même si je vais bientôt avoir 70 ans, je suis incapable de me taire. Renforcer l’avis des gens qui pensent comme moi, c’est les aider à ne pas se décourager. Pour eux, je repartirai au combat. x Elisabeth Badinter chez elle à Paris. «Bien sûr que vous pouvez me photographier en train de fumer. Je m’en fiche.» Fin de l'article de presse

 

[ Ce qui est parfaitement rappelé dans cet entretien, c'est que tous les voiles ou voile dit intégral au même titre que la burqa n'ont rien à voir avec la croyance dans une divinité ni même avec la religion

Crab - 23 Septembre 2013 ]

 

Suites :

Voiles - origines