Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

08/10/2016

Obscurantistes de Colombie

Colombie, FARCS, Études_de_genre, genre, pape_François, ABCD-de_l’égalité_à_l’école

Des partisans du non à la paix

I

Ahurissant

Lu dans LE MONDE – daté du 06.10.2016

I

Colombie : la paix, les FARC et la « théorie du genre »

Les opposants à l’accord de paix avec les rebelles des FARC, rejeté dimanche par référendum, ont agité un argument surprenant : c’était, selon eux, le risque d’imposer l’« idéologie du genre ». Sources : M Amérique

Le genre a-t-il joué contre la paix ? La Colombie continue de s’interroger sur les raisons de la victoire du non au référendum du dimanche 2 octobre. Les électeurs qui ont voté contre l’accord de paix signé avec la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie ( FARC, extrême gauche ) ont argué de la crainte du « castro-chavisme ». De manière surprenante, l’autre risque invoqué a été « l’idéologie du genre ». Le terme a envahi la campagne et l’imaginaire des croyants, catholiques ou évangéliques -

« J’ai voté non parce que je ne veux pas que la Colombie tombe dans les griffes de l’athéisme, du communisme et du pouvoir homosexuel », a expliqué sur Twitter le pasteur évangélique Marco Fidel Ramirez, conseiller municipal à Bogota. « Je ne veux pas voir les homos arriver au pouvoir », renchérit un chauffeur de taxi à Bogota.

Comme ailleurs en Amérique latine, les Églises évangéliques sont en pleine expansion en Colombie. Elles compteraient aujourd’hui plus de 10 millions de fidèles. De l’avis des observateurs, l’opposition ouverte de la majorité d’entre elles à l’accord de paix a pesé dans le résultat du plébiscite. Le silence de l’Église catholique, qui, au nom de la liberté de conscience, a choisi de ne pas prendre parti, aussi.

Mais comment ce sujet s’est-il invité dans le débat sur la fin d’un conflit avec une guérilla dans le maquis depuis cinquante-deux ans ? Deux logiques ont joué. Négocié pendant quatre ans à La Havane, l’accord a été rédigé en langage inclusif : il parle « des guérilleros et des guérilleras », « des paysans et des paysannes », de « tous et toutes ». Il prévoit des mesures spécifiques pour les femmes et évoque les droits de la communauté LGBTI ( lesbiennes, gays, bi, trans, intersexués ). Le 24 juillet, la communauté internationale avait célébré « Le premier accord de paix au monde qui prend en compte la perspective de genre ».

Fascicules dans les collèges

Parallèlement, à Bogota, la publication de fascicules contre la discrimination dans les collèges suscite une mobilisation sans précédent des défenseurs de la famille traditionnelle. Le 10 août, des manifestations ont lieu dans toutes les grandes villes du pays. Pourtant, deux mois plus tôt, le mariage entre personnes du même sexe avait été légalisé dans une relative indifférence par une décision de la Cour constitutionnelle.

Les fascicules, intitulés « Milieux scolaires sans discrimination », ont été élaborés sous l’égide des Nations unies et du ministère de l’éducation. Mais de faux extraits, tirés d’une bande dessinée pornographique belge, enflamment les réseaux sociaux. Un questionnaire adressé aux directeurs d’établissements pour détecter d’éventuelles pratiques discriminatoires s’ajoute au scandale. L’Église catholique et ses rivales évangéliques s’insurgent à l’unisson contre « l’idéologie du genre ». Le terme fait mouche.

La ministre de l’éducation, Gina Parody – qui est homosexuelle – gère très mal la crise. Le président Juan Manuel Santos ( centre droit ) annonce que les fascicules seront retirés. Mais il maintient Mme Parody en poste et lui demande, en septembre, de prendre la tête de la campagne gouvernementale pour le oui.

En campagne pour le non, l’ancien président Alvaro Uribe a fait le lien entre les deux événements. « L’idéologie du genre incluse dans les accords de paix entrera, sans vrai débat, dans notre ordonnancement constitutionnel », a-t-il menacé. Les évangéliques ont ressassé l’argument à satiété. Le 2 octobre, le non a gagné. Le surlendemain, Mme Parody a démissionné. Marie Delcas ( Bogota, correspondante ) Sources : M Amérique

I

Contre l’accord de paix,

un déluge de crétineries indicibles s’est abattu sur la Colombie, répandu dans une large part de la population colombienne crédule au-delà de l’imaginable ;

un fait sans précédent de propagande nauséabond dû aux clergés chrétiens et évangélistes, les ennemis séculaires de l’égalité femmes-hommes et homophobes à souhait ;

il y a lieu de rapprocher ces inhumanités par nature homophobes avec les bouffées de délires émanant de François le pape des pauvres d’esprits de concert " la mano en la mano " avec les hiérarchies monothéistes contre le " mariage pour tous " ;

En 2014, et plus récemment encore, sur " la perspective de genre " où l’on a pu voir ces fanatiques, à nouveau le pape en tête, s’afficher sur la place publique dans un délire comparable aux déclarations, au demeurant insultantes, mensongères, débiles, nuisibles, propres aux théories de l’homophobie, dont une malveillance sans cesse reconduite et projetée à travers les marqueurs idéologiques d’un net refus de partager la citoyenneté ou l’égalité entre femmes et hommes émanant de F. Belghoul membre éminente de la branche parano-islamo-phallocrate, ( née de parents algériens et proche de A. Soral ) à propos de l’enseignement à l’école des "… ABCD de l’égalité à l’école "

Vidéo : Ce type sexiste, homophobe, pape de l’inculture et chantre de l’involution est reçu partout dans le monde comme un personnage important - il y même des intellectuels et des journalistes pour le trouver respectable et généreux [ ??? ]
http://blvids.free.fr/0_pape_Fran%C3%A7ois.mp4

I

Suites : article toujours d’actualité

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/02/genre-une-theorie.html

I

ou sur :

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2016/02/15/genre-une-theorie%C2%A0-5760105.html

Crab – 08 Octobre 2016

 

05/08/2016

Le pape François dénonce l’enseignement du genre aux enfants

pape François.png

Dans le compte rendu d’une rencontre avec des évêques de Pologne publié mardi 2 août, le pape François regrette qu’« on apprenne à l’école à des enfants – à des enfants ! – que tout le monde peut choisir son sexe ».

La discussion a eu lieu mercredi 27 juillet alors que le souverain pontife commençait à Cracovie une visite de cinq jours. Le pape estime que « nous vivons dans un moment de destruction de l’homme en tant qu’image de Dieu ».

Il critique des ouvrages fournis par des « personnes et des institutions qui donnent de l’argent », sans plus de précision. Selon lui, ces ouvrages sont à l’origine d’une « colonisation idéologique » soutenue par des « pays très influents ». Il ne mentionne pas les pays concernés. « C’est terrible », s’inquiète-t-il.

« Une époque du péché contre Dieu le créateur »

L’idée d’une « colonisation » n’est pas une nouveauté dans son discours. Le pape l’a déjà évoquée lors d’une tournée en Asie en 2015.

Lors de cette conversation à Cracovie, le pape François a cité son prédécesseur Benoît XVI, qui vit toujours au Vatican. « Il me disait : “Votre Sainteté, c’est l’époque du péché contre Dieu le créateur. Il est intelligent. Dieu a créé l’homme et la femme. Dieu a créé le monde ainsi et nous faisons le contraire.” » - Source : Le Monde.fr avec AFP

I

Parabole de la poutre

Ce pape des pauvres d’esprits parle de colonisation idéologique, hors, nul ne peut ignorer que la religion est pourtant de toute évidence le pire clonage des esprits ; une déclaration qui n’est pas sans rappeler le proverbe, tel : " voir la paille dans l’œil du voisin et ne pas voir la poutre dans le sien " - on peut-en rire dans la mesure où ce proverbe est le pendant populaire d’une parabole chrétienne

I

Genre ou sexisme et homophobie ?

Le saint des saints de ce beau monde monothéiste qui ne jure que par une société exclusivement hétérosexualisée avec femmes cantonnées au foyer, il ne saurait-y avoir de place pour la réalité car que peut-il bien y avoir de plus idéologiques que les bouffées de délires lâchées à longueurs d’années, sur la place publique, par les représentants de toutes les hiérarchies du monothéisme dont le principe du déni des réalités est essentiel à leur survie ? - ces individus aux habitudes vestimentaires ridicules, pontifiantes, voire grotesques, tout-à l’image de leurs vestiaires n’ont d’humain que l’apparence - beurk -

Ce qui est terrible et navrant, c’est l’importance que les médias accordent à ses bricoleurs d’illusions papes, évêques, cardinaux, petits ou grands muftis, imams, commandeurs de ceci ou de cela et j’en passe car jamais il n’est fait appel à un analyste athée pour commenter ou décrypter les niaiseries dévastatrices comptant parmi les plus nauséabondes émanant des rangs de cette gentry monothéiste qui n’en finit pas d’agoniser – Crab – 7 Août 2016

Suites : Genre - une théorie ?

Réflexion sur les études de « genre » ou sur '' l'identité sexuelle et les rôles sexuels ", soit le sexe et le genre

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/02/genre-une-theorie.html

ou sur :

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2016/02/15/genre-une-theorie%C2%A0-5760105.html

I

Suites 2 : Un évêque peut en cacher un autre

« Silence des élites devant les déviances des mœurs et légalisation de ces déviances. », dernière venue d’entre les plus cousues bouffées de délires du cardinal André Vingt-Trois

Suites :

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/08/cardinal-andre-vingt-trois.html

ou sur :

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2016/08/04/cardinal-andre-vingt-trois-5833327.html