Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/04/2017

Élection présidentielle 2017 - Alerte républicaine

Google et Apple encensés par les États pour avoir mit fin à la vie privée, il n’en demeure pas moins, au lieu de faire le jeu des marchands d’illusions pour in fine se livrer pieds-et poings liés ou encore se laisser souiller l’esprit par la parole viciée de tous les stasistes et morbides Scarpia de la planète, qu’il est tout-à fait possible de se convaincre qu’il n’est jamais trop tard de se référer à la spiritualité proposée par les penseurs de l’immanent : les humanistes universalistes tels Démocrite, Épicure, Lucrèce, Mozart... qui d'un siècle à l'autre nous invitent contre l’irrationnel, les dogmes et les préjugés à ne pas changer d’iPhone tous les trois mois

 

Voter pour qui ou pourquoi quand rien de vraiment positif ne peut-arriver dans-une république jacobine ?

Franchement, pourquoi faudrait-il voter pour les gauches qui depuis « les grands frères » de Mitterrand en passant par « les grands discernements » de Jospin n’ont jamais cessé de trahir la laïcité pour sous Hollande finir par introduire le fait religieux à l’école sans, en contrepartie, insérer dans les programmes scolaires l’enseignement du fait athée
Les droites n’ont jamais voulues abroger le Concordat, pire elles-ont permis le subventionnement des-écoles confessionnelles et n’ont pas-eu le courage, au nom de l’égalité femmes-hommes, d’interdire le port de tous les voiles islamiques dans notre pays
Voici à présent que dans l’actualité la plus récente, dans cette campagne pour gagner la Présidence, de constater des affinités électives entre M. Le Pen et F. Fillon, notamment quand ce dernier s’accoquine avec de notoires homophobes ultra-cathos issus de " Sens commun ", dont le bon sens ou l’humanité n’est pas le point fort d’un mouvement ennemi de la Culture qui, maintes-et maintes fois, a démontré son incapacité à admettre que ce n’est pas donner des droits à une minorité que de donner les mêmes droits à tous les citoyen-e-s quelques soient leurs orientations sexuelles
En matière de programmes économiques à quelques nuances près les choix des candidats ne différent-en rien des options de programmes de gouvernement plus-ou moins démagogiques ou inadaptés mis-en place depuis la fin des-années soixante du siècle dernier car il ne prennent pas-en compte la destruction justifiée ou non des métiers ou emplois liés à la robotisation, à l’automatisation sinon du moins à la numérisation de l’économie - exemples : visite d’une usine en 1972 : 5 personnes au lieu de cinquante auparavant pour faire fonctionner la production de glace clairedans l’actualité, le système bancaire, engage sa clientèle à accéder à ses services par le biais d’applications, ce qui aura pour conséquence de fermer à court terme la grande majorité des succursales bancaires, c’est peut-être intéressant, mais cela se traduit par, une fois de plus, par des pertes d’emplois idem, dans de très nombreux domaines de l’économie
.

Dans son-étriqué carré, Benoît Hamon joue les torero, mais est-il vraiment le seul ?

En-effet... et la culture dans tout çà... [ ???? ] - à l’exception de l’anachronique « habit de lumières » du clientélisme dont savent se vêtir tant-et si bien « nos prétendant-e-s » à diriger la nation ainsi, cette fois-ci encore, en-est-il de la mode sans cesse « renouvelée » d’une élection à l’autre lorsque chacun des-éventuellement éligibles prennent les problèmes sociétaux ou politico-économiques très-en Hamon
 
Collage photo et dessin par CRAB
.
Anamnèse
L’abstention, est avant tout-autres choses, un vaccin contre l’ennui des lendemains désenchantés
I
" Parler est un besoin, écouter est un art." - Goethe
I

La laïcité et l’égalité femmes-hommes
Les candidats et la candidate à la présidence de la république omettent de rappeler que le voile est le porte-flambeau d’un projet de société inégalitaire, à la fois le symbole de l’inégalité entre femmes, de l’inégalité entre femmes-hommes
Piqûre de rappel :
Le voile est-une expression majeure du refus de la mixité dans l’espace public, notamment quand le fanatisme islamique oblige les femmes à « vivre » sous le regard du clan dans certains des quartiers de nos ville à forte présence musulmane
ne jamais-oublier que le voile est le pire des signes de l’infériorisation de la femme - le symbole de l’abaissement du statut des femmes – le port n’est-en aucun cas une prescription religieuse ( et quand bien même il le serait... )
Il importe d’observer que les vraies femmes - encore - de confession musulmane ne se voilent pas et pour ces dernières rejettent plus de 70% des sourates du coran, se torchent les fesses avec la sharia et expédient le sexiste Mahomet en Enfer
Pour que la France ne ressemble jamais à n’importe quel pays dominé par des musulmans
http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/03/couvertes-de-pieds-en-cape.html?spref=fb

I
Artistes iraniennes
Ce sont de vraies femme dont-on-est sûr que jamais un voile ne leur brouillera l’esprit
I

Artistes en Tunisie
C’est se risquer à penser envers et contre tout dans-une société tunisienne qui jette les athées en prison parce qu’ils sont athées tout-en tentant hypocritement de faire accroire cet oxymore, à la ville et au monde, que l’islam est compatible avec la démocratie
http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/05/artistes-en-tunisie.html

I

Contre ce que femme veut ni les dieux ni les maîtres ne parviendront à l’interdire, que ce fusse en Irak ou ailleurs
http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/03/contre-ce-que-femme-veut-tous-les-dieux.html?spref=fb

I

Les-audacieuses
Confondre individualisme et égoïsme c’est nuire à autrui - faire cette confusion caractérise les intentions déshonorantes des pires-ennemis de la liberté ou de l’égalité femmes-hommes

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/03/les-audacieuses.html.

I

Mini-Jupe
La pulsion de vie contre la pulsion de mort des mortifères patriarcats passe par la liberté des femmes à s'approprier leur corps, suites :
http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/03/mini-jupe.html

I
La catharsis
Élisabeth Badinter a sa place dans le Panthéon des femmes démocrates, républicaines et féministes qui vraiment savent se défendre car elle compte parmi celles qui ont-été sans cesse attaquées à cause de leur indépendance d’esprit
I
Lectures comparées
Salomé inspirera éternellement les artistes ;
Jean-Baptiste a eu le sort qu’il méritait car en bon phallocrate, bien mal lui en prit il a voulu décider de l’avenir de Salomé
I

« Pour nous dompter, l’État a gravé la charia au fronton de nos temples. Des versets ornent nos sépultures. On a arabisé nos têtes. On a islamisé nos cœurs. Clandestins rejetés par les vagues de l’histoire, nous nous sommes agrippés à des épaves de nous flottons ». - Karim Akouche

I

Changelejeu et Mahomet - Réédition
Unique dans toute l’histoire des religions, c’est quand Mahomet accepte l'interwieve de Changelejeu, en-en prenant connaissance Frédéric Lenoir et Odon Vallet en-ont mangé leur chapeau
http://laicite-moderne.blogspot.fr/2012/12/changelejeu-et-mahomet-reedition.html

I
Laïcité 2017
On ne peut rien comprendre à la loi de 1905 si l’on ne sait pas que l’invention du monothéisme est la racine du pire des sectarismes
I
L’athéisme à l’école

Il n’y a rien à craindre de la mort car la mort est absence de sensation, stipulent durant l’antiquité, Épicure et Lucrèce - c’est [ aussi ] la fin d’un long monologue

I

La République est la racine du mal

Dans la 5e République tout s’arrange, en ne s’arrangeant pas
I

Laïcité et campagne présidentielle
L’alerte laïque est d’autant plus nécessaire qu’il y a des menaces de paix pour lesquelles certaines populations ne sont pas du tout prêtes
http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/03/laicite-et-campagne-presidentielle.html?spref=fb

I

Maltraitance des animaux et Présidentielles 2017
L’abattage rituel, au nom d’une croyance religieuse ou autre* et la tauromachie avec blessures et mise à mort par exemple, ne doit plus faire débat car la souffrance, largement démontrée, des animaux due à cette pratique moyenâgeuse relève de la plus extrême maltraitance des animaux
Sans-étiquetage sérieux, beaucoup trop de gens ignorent qu’on leur impose de manger Halal ou Casher
http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/02/maltraitance-des-animaux-et.html

17/04/2017

Le triomphe de l’individualisme

Babra_Streisand.png

 

" Une image, c'est mille mots " - Proverbe Français
.

Quand naissent les étoiles triomphe la beauté d’un amour de soi-même positif et sain, c’est-aussi un plaidoyer contre les dogmes et les préjugés, - *1
C’est notre culture, c’est notre humanité, dans nos société ni le judéo-christianisme ni l’islamisme ne pourra résister ni à l’évolution ni à l’émancipation des femmes - y viendront tôt ou tard celles encore sous-servitudes ou encore et encore captives, comme une fin en soi, de l’idée psycho-rigide de la famille nucléaire associée, ( certes de moins-en moins ), à la contre nature fidélité conjugale - les sans froque ou les défroqué-e-s ont su, en tout temps, abolir les rôles sexuels traditionnels générés par les mortifères religions monothéistes à seule fin de permettre à l’homme d’être de droit divin le chef de la femme ;
faire ce pas qui fait la différence, change la société, installe progressivement l’égalité femmes-hommes - va, en référence à plus proche de nous, de Francesca Bruni et Casanova en passant par la subversive modernité de Barbra Streisand ;
insoumis-es à la règle du jeu formatée par les idéaux de moyenâgeux patriarcats sacralisés par la religion, ils sont là puissant-e-s, à chaque époque présent-e-s pour donner le là ;
urbi et orbi ( sans-attendre pâques ni de finir sous les pâquerettes ), ils montrent ou rappellent, au quotidien, que les femmes et les-hommes de talent sont fidèles à eux-mêmes qu’ils ou elles sont toujours sincères, ils ou elles changent de sincérité, voilà tout
*1 - Vidéo 1, affranchie de la tutelle masculine, triomphante, sans jamais nuire à ses performances d’artiste, un modèle d’individualisme qui ne modifie rien à son identité pour plaire :
http://blvids.free.fr/Barbra_Streisand.mp4

I
Vidéo 2, se dire féministe me paraît très réducteur, excepté dans-un « cas de figure » précis, qui chères lectrices sensibles et averties, je n’en doute pas-un-instant, ne saurait vous décevoir :
I
Une vie sans plaisir, c’est-un long voyage sans-auberge. Démocrite
I

Casanova
Les hommes à l’image de Casanova sont toujours sincères, ils changent de sincérité, voilà tout – et puis mesdames, bien-entre nous, les baisers n’ont-ils pas-été inventés par les amants pour ne pas dire de sottises ?

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/10/casanova.html

 

 

03/10/2016

La Traviata - le Parfum de l’Art

chrétienté, civilisation, culture, féminisme, mœurs, monothéismes, Mythologie, opéras, soprano_colorature, Opéras, Traviata, Verdi

Vivre est un art,

vivre n’est pas exister, vivre, c’est être, vivre est la chose la chose la plus rare au monde, vivre est suivre les sentiers des plaisirs parce que le plaisir est la racine de la morale car il est vain d’espérer de la mort puisque la mort est absence de sensation

La spiritualité est la vie de la conscience,

en ce sens les religions monothéistes n’en n’ont jamais-eu le monopole car sans prendre part, pour le bien et dans le Droit commun à la recherche de l’éthique elles n’ont jamais-eu d’autre objectif - c’est leur genre - que de tuer le sexuel pour, contre la nature des choses, idéaliser et installer des sociétés exclusivement hyper hétérosexualités ;

loin des préoccupations métaphysiques de ceux ou de celles qui consacrent, sacralisent la défaite du corps et s’enrobent, se barbouillent de la foi pour exister, nul besoin de se prendre au sérieux, seul compte jouir sans se nuire ni nuire à autrui, nul besoin de renier son passé, nul besoin de se repentir, le repentir n’est qu’une idée de bigots comptant parmi les plus nuisibles à l’entendement humain car la seule chose qui compte est de ne pas se mentir ;

le repentir est prélude à l’injonction-interdiction de jouir de la vie, sanctifie à travers l’énoncé religieux le devoir de renoncer à la volupté dans notre bien trop courte existence : les moments savourés de bonheurs, les moments heureux d’impression extrêmement agréable donnée au sens que l’on se plaît à goûter en parfaite plénitude ;

en réalité, interdire ou s’interdire le plaisir, refouler, salir le désir par les mots, les discours d’un obscurantisme forcené ainsi que Savonarole qui, en pratique le fit si bien, en imposant, pendant plusieurs années à la société florentine, mu par la violence du fanatique sa vision aseptisée de la soumission au surnaturel ;

inévitablement, à un moment ou à un autre l’ennui surgit et le couple naturellement s’étiole, mais de la séparation, du respect réciproque, naît ou se substitue à la passion une tendre amitié ;

hors, de nos jours, ce dieu plus grand que grand persiste, tricheur n’a de cesse de sublimer la fidélité conjugale quand vêtu de son costume civil il œuvre, sans relâche, pour satisfaire, pérenniser la reproduction de l’espèce, ( si chère à ses nov-prêtres prédicateurs-prescripteurs, je veux parler de « nos pin-pans économistes pro-européens » ), avec à la clé la promesse d’une croissance démographique non sans effets « positifs » sur une croissance économique peu créatrice d’emploi car en réalité une croissance économique qui dépend essentiellement de la peu réjouissante robotisation de l’activité de production ;

un dieu de désamours qui compte pour deux, un peu comme un homme compte pour deux femmes dans le coran - un dieu schizophrène, obstiné dans cette prétention contre nature d’encrer pour toute morale cette idée déstructurante, nuisible, toxique de s’approprier le corps de l’autre ou d’exiger de l’autre la fidélité conjugale pour fabriquer ce couple sclérosé, rigide jusqu’à la frigidité, névrosé pour définir Le « modèle universel » fondé essentiellement sur le déni, le rejet de l’attirance sexuelle et ainsi de le situer dans le temps et l’espace aux antipodes des amours aimables et naturels, le sel de la vie

I

Il mérite le mépris celui qui ose, même dans la colère, insulter une femme

En d’autres temps, il s’agissait de perpétuer la propriété, les biens, les rentes transmises de mâle en mâle dans un monde où le mariage arrangé avait force loi ;

venue de « nul part » La Traviata touchée, affectée, percée au plus profond d’elle, culpabilisée, finalement manipulée par le père de son nouvel aimant, peut-être le dernier de ses amours, pour elle le premier, qu’importe la durée des amours, renonce à sa passion, à la joie, au plaisir de s’abandonner à son désir à vivre peut-être le dernier moment de sa vie de grande amoureuse, au moment ou la maladie inexorablement la rapproche de la mort, désemparée, renonçant à un meilleur destin, à une meilleure fin, pour sauver « l’honneur » de l’étriquée, la mondaine et presque vulgaire famille d’Alfredo, elle se sacrifie sur l’autel des doctrines d’un milieu qui n’aura été le sien que l’espace d’un instant – une famille enpatriarquée jusqu’au bout des ongles ( comme il en existe encore ), enfin de s’effacer pour une cause qui n’est pas la sienne, et ce, quand bien même, grand musicien parmi les plus grands, mais aussi « bon apôtre » Verdi terminera la fin de son dernier acte sur une note, à mon goût, un peu trop chrétienne quand, devant le père et le fils bourrés de remords - du moins me semble t-il , Violetta persiste à se flageller, mais combien, ô combien admirablement chanté par l’incroyable soprano Francesca Dotto magnifiquement entourée de chanteurs et de chanteuses lyriques de grands talents dans une sublime mise en scène de Sofia Coppola dont les remarquables costumes, véritables œuvres d’art, ont été créés avec la maison Valentino

I

Quand sur le dernier acte se referme le rideau, un long moment je m’en veux, oui je m’en veux beaucoup car je ne pas trouve les mots pour exprimer, pour dire combien j’ai tellement aimé, tellement aimé, tellement aimé cette version de la Traviata – Merci, merci, mille fois merciClaude Bouvard dit Crab - 03 Octobre 2016

I

Vidéo : Présentation, l’Odeur de la Sueur n’est pas le Parfum de l’Art

http://blvids.free.fr/La_Traviata.mp4

I

Suites :

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/07/mozart-lenlevement-au-serail.html

I

Suite 2 :

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/01/la-reine-de-la-nuit.html

I

Suite 3 : Genre - une théorie ?

François, pape des pauvres d’esprits a encore frappé, c’est son genre

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/02/genre-une-theorie.html

I

Rappel : La Traviata diffusée sur Arte samedi dernier - France 2 avait quelques temps auparavant diffusé cet opéra de Verdi

I

Notes :

Au printemps 2016, la cinéaste Sofia Coppola dévoilait sa première mise en scène lyrique à l’Opéra de Rome : une Traviata sur son trente et un, avec des costumes conçus par la maison de couture Valentino.
En digne héritière de son père, Francis Ford Coppola, dont la filmographie est infusée d’art lyrique, la réalisatrice de
Lost in translation et Marie Antoinette connaît l’opéra. Si, par le passé, elle a décliné la mise en scène de Così fan tutte, c'est Verdi qui a convaincu Sofia Coppola de fouler pour la première fois le plateau du Teatro dell’Opera di Roma. Son attrait pour les personnages féminins égarés a certainement joué, autant que la perspective de travailler avec la maison Valentino. Alors que ses successeurs, Maria Grazia Chiuri et Pierpaolo Piccioli, ont habillé les rôles secondaires, Valentino Garavani a repris du service et dessiné quatre robes haute couture, tout en étoffes éclatantes et crinolines éblouissantes, épousant les variations psychologiques de la malheureuse héroïne de Verdi. - Source arte

I

Diffusé sur arte :

" La Traviata " par Sofia Coppola & Valentino

Avec :

Francesca Dotto - Violetta Valéry

Antonio Poli - Alfredo Germont

Roberto Frontali - Giorgio Germont

Anna Malavasi - Flora

Andrea Giovannini - Gastone

Roberto Accurso - Il Barone Douphol

Andrea Porta - Il Marchese D'Obigny

Graziano Dalla Valle - Il Dottor Grenvil

Chiara Pieretti - Annina

I

Direction musicale : Jader Bignamini

Costumes : Valentino Garavani

Choeur : Coro del Teatro dell'Opera di Roma

Chorégraphie : Stéphane Phavorin

Composition : Giuseppe Verdi

Décors : Nathan Crowley

Lumière : Vinicio Cheli

Mise en scène : Sofia Coppola

Orchestre : Orchestra del Teatro dell'Opera di Roma

Réalisation TV : Francesca Nesler