Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

03/08/2015

Voilées « volontaires »

 

changelejeu,cfcm,islam,mahomet,musulmans,terrorisme_islamique,mosquées,voiles_islamiques,les_diktats_musulmans,voiles

Photo montage - Crab - Linceul mortuaire

 

L’islam, antithèse du féminisme, par Eloïse Gloria

En fermant les yeux, de par cette peur stupide d’être taxées de fascisme, de prétendues féministes approuvent en silence la banalisation d’accoutrements qui sont à la fois des étendards idéologiques et des entraves à la vie active

 

Se réclamer du féminisme et défendre le port du voile islamique est un non-sens. L’islamisation d’une société signe, à l’inverse, la mort des droits des femmes à petit feu. Parce qu’elle légitime - voire impose – des pratiques obscurantistes, asservissantes, infantilisantes.

 

Dans une tribune publiée par The Guardian, la sociologue Christine Delphy, ancienne sympathisante du MLF qui fonda la revue Nouvelles questions féministes avec Simone de Beauvoir, réchauffe cet insupportable sophisme selon lequel les féministes devraient prendre le parti des femmes voilées musulmanes, au prétexte qu’elles constituent une minorité opprimée. À la lire, les féministes françaises ne sont rien moins que des islamophobes qui détournent le concept de « laïcité » pour vernir de respectabilité d’inavouables penchants racistes.

 

Ce raisonnement par l’absurde s’enlise dans l’inévitable comparaison avec les Occidentales fardées et juchées sur des talons hauts, qui seraient inféodées à une autre forme d’oppression, celle des diktats de la féminité. Christine Delphy semble faire abstraction du fait que les femmes islamistes cachent un corps dont il faudrait avoir honte, car source présumée de tentation, tandis que les bimbos, dont on peut certes contester le formatage marketé, sont fières de leur statut de femme, de leur émancipation chèrement acquise. Les premières s’en remettent à l’hypothétique volonté d’Allah toute leur vie durant (en admettant que le Coran prescrive vraiment de s’engoncer dans des tenues occultant tout ou partie d’un être) ; les secondes succombent par intermittence aux lois du consumérisme, se cloisonnent dans un rôle de séductrice, mais le font de leur propre initiative et gardent le pouvoir de renoncer à chaque instant à cette standardisation cosmétique. La liberté, c’est aussi celle de se tromper. Et de faire demi-tour.

 

Aveuglées par une vision embourgeoisée et poussiéreuse des droits individuels alors qu’elles se revendiquent progressistes, ces féministes d’arrière-garde sont une véritable nuisance à la cause des femmes, pour ne pas dire un repoussoir. Leur discours, parasité par des postures de tolérance naïve jusqu’à l’aberration, est déconnecté du monde réel. Le port du voile, qu’il soit subi ou choisi, est d’abord un acte communautariste, un refus d’assimilation, un désir de se marginaliser et d’être identifié comme élément d’une autre culture, d’une autre civilisation, où les femmes sont soumises aux exigences patriarcales. Le laxisme dont les politiques pusillanimes ont fait preuve face à la généralisation du port du voile a débouché sur une intrusion invasive des coutumes islamiques en France : les burqas s’affichent ostensiblement au mépris de la législation, les mosquées se multiplient, les écoles privées hors contrat musulmanes sont en plein essor. Autant de vecteurs d’endoctrinement des femmes dès le plus jeune âge.

 

Lutter pour ( préserver ) la condition des femmes revient à combattre sans compromis toute démarche conduisant à leur assujettissement, sous peine de voir s’effriter peu à peu le bénéfice des victoires passées. En fermant les yeux, de par cette peur stupide d’être taxées de fascisme, de prétendues féministes approuvent en silence la banalisation d’accoutrements qui sont à la fois des étendards idéologiques et des entraves à la vie active. Elles prennent aussi le risque d’être elles-mêmes confrontées, plus tôt qu’elles ne le pensent, au sexisme d’une religion qui voudra les mettre au pas. Contre l’intégrisme, le dialogue et la médiation sont inopérants. Seule l’opposition inconditionnelle l’emportera. - Eloïse Gloria

 

Suites : In vino véritas - mais pas pour le CSA

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/08/in-vino-veritas-mais-pour-le-csa.htmI

ou sur

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2015/08/02/in-vino-veritas-mais-pour-le-csa-5665691.html

 

03 Août 2015

 

01/06/2015

Voiles islamiques ou la phallocratie sacralisée

islam, voiles_islamiques,burqa, femmes_musulmanes, voilées_volontaires,code_de_l'infamie, Maghreb,religions, télévisions, médias, islamophobie

Qu'il s'agisse ( ci-dessus ) de « personnalités » religieuses ou civiles appelées à donner leurs avis sur l'athéisme, ou dans d'autres cas, quand il s'agit de « personnalités » invitées pour débattre sur la signification ou le droit pour certaines des femmes de s'exhiber un peu partout dans l'espace public affublées d'un des phallocrates voiles islamiques, ne sont jamais présentent autour du plateau des personnes capables de démontrer que ces « voilées volontaires », quoi qu'elles disent, sont sous-servitudes, et plus particulièrement de caractériser la vraie nature de ce signal anti-féministe

°

Hier dimanche en début d'après-midi, vu et entendu sur un chaîne de télévision lors d'un débat organisé ( en début d'émission *1 ) notamment autour de « l'islamophobie » mis en œuvre par une invitée du plateau la propagande islamopatriarcale, et comme il est coutumier dans ces espèces d'émissions sans la présence de personnalités qualifiées pour apporter à cette personne la contradiction

*1 : J'ai suivi les cinq première minutes avant de passer à autre chose...

 

L'islamophobie, c'est s'en prendre aux femmes qui choisissent de se voiler volontairement, disait-elle

 

Ce qui signifie que l'on devrait s'interdire de procéder à l'exercice de la critique athée et féministe des justifications du port des voiles islamiques rendues ou tenues en public par les portes paroles improvisées ( lors d'un interviewe par exemple ) ou patentées des « voilées volontaires »

 

Le terme d'islamophobie rappelons-le, une fois de plus, n'a pas d'autre objet que de tenter d'empêcher la critique athée et féministe de l'islam ( au même titre que les autres religions ), hors décrypter les signes ostensibles religieux tels les voiles islamiques n'est pas être contre les femmes voilées comme tentent de le faire croire les islamo-fascistes mais vise à dénoncer des symboles marqueurs du refus d'une part de la mixité, d'autre part du refus de l'égalité femmes-hommes et plus particulièrement de faire observer, pour participer à faire reculer toutes tentatives d'installation dans notre pays, que la sacralisation en terres d'islam des patriarcats n'a pas d'autre objet que d'asseoir dans le cadre sociétal la domination des hommes sur les femmes

 

Le voile signifie que les femmes sont détestables parce qu'elles sont belles et suscitent le désir chez l'homme qui est la pire des choses

 

Pour ne plus supporter le moindre vêtement qui implique l’abaissement de la femme, en Janvier 2010, j'écrivais : '' Conseil féminin de la fatwa ''

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2010/01/21/des-femmes-et-des-hommes.html

Crab 01 Juin 2015

 

04/03/2015

Voiles islamiques ou l'Hyper-patriarcat

Aymeric_Carron,Claude_Askolovitch,Dounia Bouzar,Edwy_Plenel, Jean-Louis Bianco,Laïcité,Nadia_ Vallaud-Belkacem,Régis Debray, Élisabeth_Badinter,Manuel_Valls,voiles_islamiques,Waleed_Al-Husseini

''J’ai choisi d’être athée car j’ai senti que l’islam n’était pas compatible avec la démocratie et les droits de l’Homme. On dit que l’islam est une religion de paix, mais c’est faux. Le Coran a deux facettes : une douce, celle de la Mecque, car Mahomet à ce moment-là était faible. Et une très dure, celle de Médine, où le prophète et ses fidèles prennent le pouvoir et commettent des tueries. Les djihadistes et les extrémistes utilisent cette violence ''

( …/... )

Je pensais vivre dans un État laïc, où j’avais la liberté de m’exprimer. Il n’en est rien, c’est une dictature : la justice n’existe pas, pas plus que la liberté d’expression ou de pensée. Il est impossible d’être athée dans les pays arabes, on nous prend pour des gens malades, stupides et immoraux”

Waleed Al-Husseini

Antécédents :

Le petit dieu

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/0-le-petit-dieu/

- autre lien :

Apostasie: moi, arabe et athée

°

À maintes reprises sur mon blog, en rapport avec l'actualité, j'ai du rappeler que les religions, sans que puisse être établi le moindre rapport à une croyance dans le surnaturel, haïssent les belles femmes* ;

cette discrimination, à notre époque, atteint des sommets jamais inégalés dans l'idéologie « religieuse » musulmane

( * : en d'autres temps brûlées sur un bûcher, accusées d'ensorceler ou de sorcellerie )

 

L'idée que le respect dû à une femme est dépendant de sa tenue vestimentaire, répandue plus précisément dans certains quartiers des banlieues de grandes villes habités par une population musulmane nombreuse, révèle une profonde régression sociale visant essentiellement les femmes ;

il s'ensuit observée depuis plus de quinze ans une recrudescence des insultes sexistes contre les femmes qui aiment s'habiller, savent s'habiller parce qu'elles se savent séduisantes, - qui vont de pair avec la montée de l'antisémitisme, la haine des athées et des homosexuels -

 

Cette idéologie dont l'objet est de tenter progressivement d'installer, dans le mépris des lois républicaines, une ségrégation sexuelle pour remettre en cause essentiellement l’égalité femmes-hommes ;

il est bon de rappeler, une fois de plus, que le port des voiles est le porte flambeau du sexisme musulman ;

l'aberrant c'est de voir les gouvernants successifs, au lieu de s'occuper des religions pour en dénoncer les incitations à la haine, au rejet de l'autre qui sont l'essentiel du propos ( poussées à l'extrême dans le coran ), affecter de ne voir dans le port des voiles un comportement pieux, vue de l'esprit, tout autant risible, pour quelques intellectuels égarés de considérer que le port des voiles relèvent de la liberté d'expression quand nul ne peut ignorer qu'ils sont le marqueur, le symbole de la sacralisation de la phallocratie, qu'en conséquence directe prôner le port des voiles islamiques contrevient au respect de l'un des 5 piliers de la démocratie : l'égalité femmes-hommes

 

Dans notre pays, les cinq piliers de la démocratie nous ont été transmis par le peuple à travers les lois librement débattues, validées, puis votées par la représentation nationale :

- Le droit de ne pas croire ou de croire ( loi de 1905 )

 

- La liberté d'expression

 

- L'égalité femmes-hommes

 

- Les droits des femmes

 

- Les droits des enfants ( l'excision des fillettes interdite, par exemple ; '' on '' voit mal comment la pratique de l'excision serait un enrichissement culturel pour la France - pas envie de rire - )

 

Non seulement le voile islamique exaspère la plupart de nos compatriotes et notamment insupportent encore plus les femmes qui ont fuient le '' monde prison musulman '', à cet état s'ajoute par exemple : l'obligation faite aux non musulmans français hommes de se convertir à l'islam afin de pouvoir se marier par exemple avec un marocaine ou une tunisienne*1, l'absence de droit d'apostat au sein de l'islam, fait que né de parents musulmans nul ne peut renier cette religion, alors que tous les autres monothéismes permettent l'apostat

 

( *1 : la conversion a l'Islam est OBLIGATOIRE pour obtenir le certificat de coutume délivré par l'État marocain;

 

il y a peu un Tribunal de notre pays a autorisé un français incroyant à épouser une marocaine sans devoir fournir le certificat de coutume que lui réclamait, ce qui est comble, le Maire de sa commune – fait désormais jurisprudence )

 

En 2013, quand le Haut conseil à l'intégration ( HCI ) avait lui-même suggéré dans un rapport l'interdiction du voile à l'université

 

Voter l'interdiction des voiles islamiques à l'Université, dans les crèches collectives serait un bon moyen pour les parlementaires de réaffirmer la laïcité, l'opportunité de rappeler avec force qu'il ne s'agit pas seulement d'affirmer que le principe de neutralité du service public doit s'appliquer à l'Université, mais aussi, au nom de l'égalité femmes-hommes, rappeler que les discriminations sexuelles « au nom de la religion* » ( * : sacralisation de la phallocratie ou hyper-patriarcat ) ne comptent pas parmi les valeurs républicaines – Crab - 3 Mars 2015

 

Suites :

http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/03/un-jour-ferie-pour-la-laicite_2.html

 

ou sur

http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2015/03/02/un-jour-ferie-pour-la-laicite-5570019.html